Une promenade matinale laissera parfoir apercevoir furtivement quelques biches à l'orée des bois bordant les pelouses. Il suffit de flâner paisiblement avec le regard curieux. Sans être spécialiste, la découverte encourage la connaissance des ces fleurs parfois presque humaines. A tout seigneur, tout honneur : l'ophrys de la Drôme, aux différents labelles, bénéficiant d'une protection nationale.

drumana1.jpgdrumana2.jpg









drumana3.jpg

D'autres portent des noms étranges.

faussebecasse2.jpgmiliraire.jpg









obrule.jpg

D'autres encore combinent des caractères entre eux avec plusieurs types d'hybrides.

singehomme.jpgpourpremilit.jpg









hydrobec.jpg

L'identification des espèces reste une tâche ardue. Le lieu de photographie peut donner une indication sur le nom. Par exemple une différence minime existe (probablement au niveau de la longeur des pétales) entre l'ophrys fausse bécasse (pseudo-scolopax) et l'ophrys bourdon (fuciflora) : parfois même on lui donne le nom de fucipax.

fuciflora.jpg

L'ascalaphe aura beau faire le singe, il ne pourra jamais attraper la mouche...

ascalaphe.jpgsingehypo.jpg









mouche1.jpgmouhce2.jpg













Pour compléter l'aperçu, un petit vagabondage dans les bois et clairières offre ancolies, champs de gentianes, touffes de narcisses au mileu des myosotis. Un petit parfum de paradis vous dis-je !

ancolie.jpggentiane.jpg









myoso.jpg